Sommaire

·        Editorial :………………………………………………………………………………………………… 2

·        Interview :

            -   Interview «  informations» avec M. le Directeur………………………………… 3

            -    Interview «  informations» avec le Président du C.R………………………….. 5

                         -    Interview « portrait- informations» avec la Présidente du C.M……… ….  8

                         -    Interview «  portrait »avec le professeur Oulad Haddou……………………12

·         Enquête :

                         -        la cyberdépendance au lycée My Ali Chrif. Charif…………………………    15

·        Société :

                          -     La délinquance juvénile……………………………………………………………  19

                          -     L’immigration clandestine……………………………………………………………… 21

·        Science :

-         Savez-vous ?.............................................................................  .25

-         Pourquoi le ciel est-il bleu ?............................................................ 26

-         Les énergies renouvelables…………………………………………………………. 28

·          Culture

   -   Les religions…………………………………………………………………………………30

     -   Les droits des enfants………………………………………………………………… 32

     -   Théâtre…………………………………………………………………………………………  35

·          Histoire:

                       -  Biographie d’Abdel Karim El khattabi…………………………………………………… 37

                         -   L’histoire de la ville d’Al-Hoceima .......................................................39

·         Santé :

                   -  Vertus thérapeutiques du miel……………………………………………………………  42

                         -   Un régime pauvre en cholestérol………………………………………………………… 43

·         Littérature :

                  -  Chant de la guerre (poème)……………………………………………………………….44

                  -  Qui est responsable ?..........................................................................45

                  -  Chaton, ou…..Dragon !!!....................................................................... .47

                  -  Une nouvelle fantastique………………………………………………………………… 48

                  -  L’histoire du friauche (d’après le D.J.C de V.H)……………………………50

                  -  Le gros Batat et le criminel……………………………………………………………….51

·         Evasion :

                 -  Proverbes rifains………………………………………………………………………………… 54

                 -  Proverbes français……………………………………………………………………………… 55

                 -  Souris à la vie la vie te sourira ………………………………………………………….58

 

                                                              


             Editorial

      La rédaction d’une revue fait partie bien entendu des activités parascolaires qui contribuent à l’'instruction et à la formation de la personnalité de chaque élève en développant ses capacités d’analyse, son esprit de recherche, de synthèse et de collaboration avec les autres. Ajoutons à cela que cette activité nous a procuré une occasion de nous détendre et de briser la monotonie.

     Certes, nous nous sommes heurtés à des contraintes et à des problèmes dont le manque d’expérience ,des moyens logistiques et l’inexistence d’un temps officiel consacré à ce genre d’activités parascolaires, ce qui a rendu souvent  difficile la communication, le contact ainsi que la coordination. Toutefois, on a réussi à l’élaborer malgré ses obstacles. Cette revue comporte des sujets d’actualité  qui concernent étroitement les jeunes, dans l’espoir de vous satisfaire, susciter votre admiration ainsi que votre intérêt. Nous souhaitons en tout cas que les promotions futures prennent la relève et perpétuent cette bénéfique activité.

       Enfin, nous tenons à exprimer nos plus vifs remerciements au président du Conseil Régional  le Docteur Mohammed Boudra, la présidente du Conseil Municipal Saâdi Fatima. Par ailleurs, nos sincères et chaleureux remerciements vont aussi au Docteur Talhaoui  Saïd, au professeur de l’éducation artistique Monsieur Oulad Haddo, au Directeur de notre lycée Monsieur le Docteur Ounia Mohamed  ( qui s’est toujours montré à l’écoute et très disponible tout au long  de la réalisation  de ce travail par ses encouragements et ses conseils ) et sans oublier notre cher professeur Mr Saâdi Haussain ( qui n’a pas lésiné sur ses efforts) et tous les élèves qui ont participé à la réalisation de cette revue.                    

                                                      

                                                      Meriem Bouhya                                                 

                                                                                                 (Rédactrice en chef)


 


 

 

Interview :    

     Comme à l’accoutumée nous avons le plaisir d’interviewer M .le Directeur de notre lycée Molay Ali chérif le docteur Ounia Mohamed pour partager avec lui nos soucis et afin qu’il nous mette au courant de tout ce qui concerne notre établissement

 


Revue « Nkour »  :

 Quels sont les problèmes auxquels notre lycée fait face ?

M, le Directeur :

     D’abord je tiens à vous remercier de m’avoir donné l’occasion de parler de notre établissement, de la vie scolaire ainsi que de répondre aux questions qui intriguent nos élèves. Quant à votre question, je voudrais bien souligner qu’il y a plusieurs problèmes. En premier lieu, on trouve un manque en matière des ressources humaines surtout les enseignants, ce qui pousse la délégation à avoir recours aux enseignants du primaire, cela n’est pas en effet sans impact négatif sur les élèves notamment en ce qui concerne le retard dans l’exécution des programmes. En second lieu, il y a des classes trop chargées dont l’effectif dépasse 40 élèves particulièrement dans les troncs communs, cela est dû à la structure pédagogique et à la faiblesse de notre infrastructure qui ne peut pas dépasser 25 classes. En troisième lieu, on signale l’inexistence d’une salle de conférences qui est susceptible bien entendu à favoriser les activités parascolaires et dynamiser la vie scolaire. En quatrième lieu, on note également la détério-ration des équipements vu que notre établissement fonctionnait depuis 1984.
On peut citer entre autres l’usure et la dégradation de la canalisation des eaux de pluie, mais aussi les murs d’enceinte qui ont subi quelques destructions, ce qui entraîne la pénétration du lycée par des personnes étrangères. En dernier lieu, notre lycée souffre d’un déficit budgétaire pour l’achat du matériel nécessaire tel que les ampoules, les robinets, les accessoires de
la photocopie.

 Les revenus des droits d’inscription scolaire sont dépensés pour l’acquisition des manuels et des livres alors que les cotisations d’assurance des élèves sont destinées à l’Association Nationale du sport

Revue « Nkour » :

Quelles sont les activités projetées par l’établissement pour l’année 2014

  M ,le Directeur :

    Le lycée Moulay Ali chérif connaît plusieurs activités parascolaires qui visent à promouvoir la vie scolaire. On peut citer, à titre d’exemple l’art dramatique surtout le théâtre Amazigh qui organise des représentations depuis cinq ans. Ajoutons à cela des compétitions sportives telles des tournois de football au cours desquels on distribue des trophées en vue d’encourager et de motiver les participants. À ce propos l’établissement soutient ce genre d’activité eu égard à leur importance et leur rôle à établir un équilibre entre les études et le divertissement en ce sens qu’elles permettent aux élèves de se déstresser et de casser la routine

Revues « Nkour »  :

      Nous constatons que vous insistez beaucoup sur le port de tablier pour les filles, alors qu’il y a des problèmes plus graves tels que le fait de fumer a l’intérieur des toilettes

M le Directeur :

       À mon avis l’uniforme a plusieurs répercussions positives, d'abord, il donne une valeur esthétique à notre établissement. Ensuite, il efface les disparités socio-économiques entre les élèves, Enfin, il offre aux filles un aspect de pudeur et de respect. De toute façon le tablier demeure un choix volontaire et non obligatoire, ce qui importe c’est de garder l’aspect esthétique et éthique du lycée. Il est impératif de signaler également qu’on interdit formellement aux garçons de porter des shorts, des casquettes ou d’entrer avec des coiffures insolites et bizarres  bref ,tout ce qui est susceptible de porter atteinte à nos mœurs est défendu.

Revue« Nkour »

On a entendu dire que notre établissement deviendra un lycée technique est-ce que c’est  vrai ?

M le Directeur :

                       

nouveauté c’est que la construction d’un nouveau pavillon est en cours et selon les prévisions de la carte scolaire notre lycée deviendra bel et bien un lycée technique durant l’année scolaire (2015-2016).Il est indubitable que cela peut  être considéré comme un acquis très important non seulement pour notre lycée, mais aussi pour toute la province d’Al-Hoceima.

En outre, il faut signaler qu’il y a également l’idée de fonder des classes préparatoires dans notre établissement, mais jusqu’à maintenant ce projet demeure une lettre morte. Toutefois, nous souhaitons qu’il verra le jour, si Dieu le veut, les 

années prochaines.

 

 Revue « Nkour »  :

  Quel est votre dernier mot concernant notre  lycée ?

M le Directeur :

       Je crois grosso modo que le lycée Moulay Ali chérif jouit d’une bonne réputation d’après les témoignages de tout le monde. En effet, on constate l’absence du tabagisme dans la cour de l’établissement, à part ceux qui fument en catimini
      Par ailleurs, les résultats du baccalauréat reflètent le niveau du lycée, ils frôlent Dieu merci, souvent la moyenne nationale malgré le niveau relativement bas de l’AREF d’Al-Hoceima, Taza, Taounat par rapport au niveau national.      Cependant, cette année nous misons énormément sur les classes des sciences mathématiques afin d’améliorer le taux et la moyenne de la réussite.

 

  Entretien  réalisé par :

          Dina El Amrani et Walid Afassi


Oui, effectivement. En effet, la dernière

Interview (informations) :

     Entretien avec Monsieur le docteur Boudra Mohamed député parlementaire et Président du Conseil Régional (Al Hoceima-Taza-Taounat-Guercif)

      Nous sommes très heureux de nous avoir reçus, monsieur le Président, pour cette interview qui va nous permettre de prendre connaissance d’une institution publique aussi importante que le Conseil  Régional, ainsi que de ce qui se fait autour de nous au niveau des secteurs de l’activité économique et du développement.


     Revue « Nkour » :   

 Tout d’abord, voudriez-vous bien nous faire un bref aperçu sur votre parcours professionnel et votre carrière politique ?

      Président du C.R :

          Au début, j’aimerais bien vous remercier pour l’intérêt que vous portez à la région Taza-Al Hoceima-Taounat-Guercif qui est une région avec une histoire riche de lutte contre le colonisateur et aussi riche dans sa biodiversité naturelle marine et terrestre.

 Quant à votre question,  moi, j’ai fait mes études au sein de l’école Ali Benhassoun, puis à Targuist et finalement au lycée El Badissi où j’ai décroché mon baccalauréat en 1977, après j’ai rejoint la faculté de

médecine à Rabat, j’ai obtenu mon doctorat en médecine en 1985 et après mon service civil à Ksar el Kebir et à Al Hoceima, je suis revenu à Rabat après ma réussite au concours de spécialiste pour préparer la spécialité de radiologie. J’ai détenu mon diplôme en 1991.

       J’ai commencé à exercer en 1991 à Nador et j’ai rejoint Al Hoceima en 1995 en tant que radiologue à l’hôpital Mohamed V, j’ai participé aux élections municipales de 1997 et j’ai été élu en tant que conseiller dans l’opposition.

       En 2003, j’étais élu comme président du conseil municipal.

       En 2009, élu en tant que président du conseil régional.

       En 2010, président d’ARLEM (associa-tion des régions euro-méditerranéennes).

       En 2011, élu parlementaire PAM représentant la province d’Al- Hoceima. Je suis membre du bureau politique du Parti Authenticité et Modernité (PAM).

 Revue « Nkour   » :    

 Quelles sont les attributions et les fonctions du Conseil Régional ?

Président du C.R :

       La loi actuelle ne donne pas d’attribu-tions claires au conseil régional, il a plutôt une fonction consultative sur les thèmes économiques de développement et entre en partenariat avec les différents institutions de l’Etat.

    Revue « Nkour » :    Quels sont les projets réalisés depuis votre élection à la tête du conseil ?

    Président du C.R :

  La région est entrée en partenariat dans plusieurs projets. Je vous cite quelques exemples :

         - la zone économique d’Ait        Kamra.

          - le souk de Mirador.

          - le musée du RIF.

          - l’aménagement de la ville d’Al Hoceima.

          - la réalisation du schéma régional d’aménagement du territoire.

        Revue « » Nkour »  » :  

  Y’a-t-il d’autres projets dans l’avenir ? Surtout au niveau de la formation professionnelle et de l’enseignement supérieur.

      Président du C.R :

   Prochainement, la région va financer un complexe socio-sportif à Izeumouren et on veut développer l’enseignement supérieur surtout dans les domaines de la biologie, l’agro-industrie, les langues et communication et le tourisme, ainsi que des écoles de gestion et du commerce.

      Revue « Nkour  » :  

   Pouvez-vous nous dire les difficultés qui font obstacles à la réalisation d’un décollage économique dans la région ?

       Président du C.R :

   Les difficultés sont dues à l’isolement de la région qui était vraiment inaccessible, mais de nos jours grâce à notre roi Mohamed VI, le port, l’aéroport, et la voie express Taza-Al Hoceima qui désenclavera définitivement notre région et on assistera alors au décollage espéré.

      Revue « Nkour   » :  

 Quelle est votre stratégie ou votre vision pour stimuler le développement socio-économique et promouvoir notamment le secteur touristique d’autant plus que cette région a connu un certain désenclavement ?

       Président du C.R :

     Maintenant, il faut que les habitants d’Al Hoceima   à travers les coopératives, associations, sociétés et élus puissent organiser et proposer des activités pour les touristes (les randonnées, la chasse, la plongée, les sports nautiques et de montagne ; ce ne sont pas les hôtels qui font le tourisme mais c’est le savoir faire des personnes, la propreté, l’hygiène, une bonne cuisine ; des restaurants propres, des toilettes convenables, le service et

l’accueil : c’es tça  le tourisme.

 

        Revue « Nkour   » : 

On parle aujourd’hui d’un régionalisme

 avancé. Quels en seront les bienfaits et la valeur ajoutée ? Et quelles seront les fonctions et les responsabilités supplémentaires d’un Président du Conseil Régional ?

        Président du C.R :

  Le président de la région aura plus de légitimité démocratique parce que le conseil régional dans la nouvelle loi sera élu au suffrage universel.

Le président sera l’ordonnateur du budget régional, et il aura de nouvelles compétences transférées par l’Etat.

     

 Revue « Nkour   » :

 On entend actuellement parler d’un nouveau découpage régional proposé par le CCR (Conseil Consultatif de Régionalisme). Qu’en pensez-vous ?

     

  Président du C.R :

 Le découpage obéit à plusieurs critères : économique, socio culturel, historique et géographique. Moi, je pense qu’il ne faut pas négliger aucun de ces critères.

     Revue « Nkour   » :

  Nous savons que vous vous intéressez énormément à l’aménagement des espaces verts. Pourquoi cette passion ?

      Président du C.R :

  La spécificité majeure de notre région est la biodiversité. Vous savez pour l’équilibre des personnes chaque être humain a besoin de respirer l’air pur et comme vous savez les plantes et les arbres dégagent l’oxygène et nettoient l’air.

      Revue « » Nkour »  » :

  Eprouvez-vous quelquefois de la nostalgie de revenir à la radiologie ?

 

 

 

 

 

 

  Président du C.R :

   Oui, maintenant, je crois que les jeunes doivent prendre le relais de la politique et moi j’ai envie de revenir à ma carrière initiale.

      Revue « » Nkour »  » 

     Quel est votre dernier mot ?

        Président du C.R :

   Quand vous aurez 18 ans, inscrivez-vous sur les listes électorales et votez massive-ment même si on vous dit que ça ne sert à rien et que tous sont des voleurs.             L’avenir d’Al Hoceima dépend de vous.

 

   Je vous souhaite bon courage,  bonne réussite dans votre vie et vos études, encore une fois merci.

 

 

 

   Propos recueillis par :

 

   Meriem Bouhya

   Mohamed Akrouh

  Walid Afassi



 

Interview : « portrait, informations »

E

n vue de renseigner les élèves et de leur permettre de s’ouvrir sur le monde extérieur , nous avons interviewé Saâdi Fatima la Présidente du Conseil municipal d’Al -Hoceima.


 

Revue « NKOUR »  

    D’abord, nous vous remercions d’avoir accepté cette interview et de nous avoir bien accueillis. Pour commencer, voudriez-vous bien nous donner un bref aperçu sur votre vie et votre formation.

Présidente du C.M

  Je suis née à Al Hoceima où j’ai fait mes études primaires, collégiales et secondaires. Après avoir décroché  mon baccalauréat, j’ai poursuivi mes études universitaires (littérature arabe) à Fèz. Une année plus tard, j’ai continué mes études à Oujda Où  j’ai eu ma licence. Ensuite, j’ai obtenu à Rabat mon DESA (Diplôme des Etudes Supérieur Approfondies). Actuellement, je suis en train de préparer mon doctorat dont le thème est : l’époque Andalouse ; aspects de l’interaction des civilisations.

 

 

 

 

 

Revue « NKOUR »  

Quels sont vos intérêts et vos préoccupations au niveau social ?

Présidente du C.M

   Certes, j’ai reçu une formation intéressante pendant mes années d’études, mais je reconnais que mon engagement dans l’action associative demeure ma vraie école dans la mesure où elle m’a permis d’acquérir beaucoup d’expérience et d’intelligence sociale grâce au contact avec les autres. Pour parler net, j’avais dès mon enfance un penchant et une passion pour la vie commune, collective, la communication et la solidarité. Par ailleurs, on doit s’estimer chanceux dans les années quatre-vingt-dix étant donné qu’à cette époque l’Etat a encouragé l’épanouissement et la promotion de la société civile via le soutien des ONG. Je me rappelle que notre association ASASHA (Association Solidarité pour l’Action Sociale et Humanitaire d’Al-Hoceima) dans laquelle j’ai évolué et œuvré pendant des années  et dont je garde de très bons souvenirs, est considérée parmi les pionnières à la province d’Al-Hocei-ma.

Revue « NKOUR »  

Quelles sont les attributions et les fonctions du conseil municipal ?

Présidente du C.M

   A vrai dire, les fonctions du C.M sont tellement larges et multiples qu’on ne peut pas toutes les citer. Cependant, on peut dire que ce conseil représente le cycle de la vie des habitants de leur naissance jusqu’à leur mort, autrement dit de leur état civil aux procédures des funérailles en passant par plusieurs services publics : l’hygiène, l’eau potable, l’éclairage public, la signalisation des voies publiques, parkings, la collecte des ordures et leur traitement, l’assainissement liquide et centre d’épuration, le goudronnage, et j’en passe.

    De plus, il faut signaler que la nouvelle charte communale de 2002 a élargi les responsabilités du C.M en ce sens qu’il ne s’occupe pas seulement de la gestion, mais il doit devenir aussi un acteur efficace en matière de développement socio-économique.

    Ainsi, il est censé créer  un climat et des circonstances favorables aux investissements économiques et promouvoir également des activités sportives et culturelles par le soutien matériel, financier au C.M d’élaborer et de fixer le PCD (le Plan Communal de Développement)  en partenariat bien entendu avec les divers partenaires.

Revue « NKOUR »  

Voudriez-vous bien nous parler ne serait-ce que brièvement des projets réalises depuis que vous êtes à la tête du conseil ?

Présidente du C.M

   Il est vrai que le C.M s’est occupée de toute la ville, mais il a privilégiée de façon particulière les quartiers marginaux qui manquent de pas mal de choses : le goudronnage, l’éclairages des voies, l’assainissement liquide et la restructu-ration. Toutes ces insuffisances ont été plus ou moins comblées.

    Néanmoins, le problème majeur c’est surtout le glissement du terrain ainsi que la sauvegarde de l’environnement notamment la mer. C’est pour cela que la station d’épuration a été élargie et dotée par des équipements très sophistiqués. Au niveau des infrastructures socio- sportives on a perfectionnée le stade Mimoun       Al-Arssi (construction des gradins, pelouse gazonnée, rénovation du vestiaire). On est également en train de construire un comp-lexe sportif avec une piscine couverte et des salles pour divers sports. Afin d’alléger l’intensité de la circulation plusieurs voies de contournement ont été ouvertes et construites (à Sidi Abid, Kara Bonita…) .En outre, le C.M a construit le complexe commercial Minador. Ce projet fait évidemment partie des mesures susceptibles de lutter contre le commerce informel et les phénomènes des commer-çants ambulants. A propos même le marché traditionnel situé au centre ville sera restructuré et reconstruit. Vous savez que l’hôpital Mohamed V manquait depuis longtemps du scanner. Alors on vient de le doter (dans le cadre de l’INDH) d’un scanner multi- barrettes (multi-détecteurs) à 16 barrettes, qui est un radio très performant en matière de la vitesse et de la précision.

 

Revue « NKOUR »

Qu’en est-il des projets qui seront réalisés dans l’avenir ?

Présidente du C.M

  D’abord, les garages des mécaniciens, c’est-a-dire ce qu’on appelle les activités nuisibles seront transférées à l’extérieur de la ville. Cela est de nature à améliorer la valeur esthétique de notre cité et diminuer aussi la pollution sonore et atmosphérique. Et puis, il y aura également la construc-tion d’une morgue et d’un centre d’hygiène qui permettra au C.M d’assurer pleinement son rôle quant à la sauvegarde de la santé publique.

Revue « NKOUR »

Quels sont les obstacles et les problèmes dont souffre le C.M ?

Présidente du C.M

    Il va de soi qu’avec l’expansion de la ville, on se heurte à des contraintes matérielles et humaines, on souffre d’une insuffisance en matière des ressources humaines de haute compétence telles que les ingénieurs. De plus, la gestion collective et la gestion déléguée ne sont pas aussi faciles que l’on croit. Cela demande en effet beaucoup de coordination, de dénouement et de contrôle permanent.

Revue « NKOUR »  

Nous savons tous que vous êtes parmi les premières femmes à présider un conseil municipal. Qu’est-ce que vous en pensez ? Et quelles sont vos impressions ?

Présidente du C.M

    De nos jours, le Maroc a connu, Dieu merci, une grande évolution quant à l’approche des genre et partant la ségrégation sexiste, la marginalisation de la femme sont à mon avis révolues. Ce qui compte actuellement c’est le mérite et la compétence. Aussi la  femme a-t-elle intérêt à s’imposer par le travail assidu et sérieux pour prouver qu’elle aussi capable que son partenaire l’homme.

   Personnellement, je me sens bien à l‘aise que ce soit parmi les femmes ou les hommes parce que je conçois le rapport entre les deux sexes non pas en termes de concurrence et de rivalité mais en termes de complémentarité et de solidarité. j’aimerais bien vous affirmer que nous travaillons ensemble dans une ambiance empreinte d’entente, d’entraide et d’altruisme.

Revue « NKOUR »

Quel est votre dernier mot ?

Présidente du C.M

    D’abord, je tiens à vous remercier de m’avoir donné l’occasion de parler du C.M ne serait- ce que brièvement, mais aussi de moi-même. Ensuite, je salue et j’encourage ce genre d’activi-tés qui visent non seulement à prom-ouvoir la langue française, mais aussi à avoir un certain contact entre les responsables et les élèves. Normale-ment, chaque établissement scolaire devrait produire des revues soit électronique ou en version papier. Je vous remercie vivement et je vous souhaite bon courage et bonne  continuation !

  Propos recueillis par :

BASMA   BELHAJ

           OUMAIMA  BENTOUHAMI

  OUIAM  BENALI


 


Interview avec le professeur Oulad Haddou A. Hamid :

Professeur de l’art au collège Omar ibn alkhatab.

                 

 

fb.jpg             Dans le cadre de l’élaboration d’une revue scolaire, les élèves au lieu de pré­senter la définition de l’art de façon directe, ont opté pour un interview avec Mr. Oulad Haddou A.Hamid le professeur de l’art au collège Omar ibn lkhatab afin

Qu’il leur fournisse des informations  relatives au sujet de l’art en général.

 



R.S. « NKOUR » : pouvez-vous nous parlez un peu sur votre enfance ?

 Mr. Le professeur :

5.jpg     Concernant votre première question, je suis né  dans les années soixante dix à Al Hoceima, à cette époque la vie et surtout   mon petit monde artistique était très simple. et n’a rien a à voir avec le monde d’aujourd’hui, je ne connaissais pas de matériel pour dessiner, peindre ou même coller…, je m’expri-mais avec des outils naturels tels que l’argile, la terre, les branches d’arbre, les roseaux, les petites pierres, etc. L’art était pour moi comme un jeu.




 R.S. « NKOUR » : êtes vous talentueux ou lauréat d’un institue de l’art ?

       Mr. Le professeur :

         Quand je suis rentré à l’école j’ai commencé à découvrir peu à peu les images les dessins et les couleurs surtout l’étape collégiale à al Badissi avec l’encouragement de mon professeur d’éducation plastique,  et c’est à cette époque que j’ai réalisé ma première exposition de peinture,

 

 

 

 

      ensuite j’ai fait les arts plastiques au lycée technique à Fès, après le Bac, j’ai fais deux ans de formation au C.P.R de Rabat, (section arts plastiques), mais, je considère, que ce que j’ai appris tout seul avec la pratique,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      la recherche et le voyage est plus important de ce que j’ai appris durant les études académiques.

 

 

 

 



 


  

 

 

 

                                                    R.S. « NKOUR » : quand vous avez découvert cet art ?

Mr. Le professeur :

     la vérité c’est que  j’avais plus d’intérêt pour la science, l’art n’était qu’un passe temps,

7.jpg  mais le professeur d’éducation plastique qui a cru en mes talents artistiques  m’a poussé à suivre ce  domaine, et surtout à cette époque il n’y avait pas de conseiller pédagogique, nous n’avions aucune idée sur les études supérieures.


 

 


R.S. « NKOUR » : les habitants d'Al-Hoceima sont- ils intéressés par l'art ? 

     Mr. Le professeur :

     les habitant d’Al Hoceima sont très sensible à l’art visuel, peut être que c’est grâce la nature  et bien sûr les habitant du rif étaient très liés a l’art visuel, on observe ceci comment était l’espace de leurs habitation, leurs artisanat et leurs traditions, mais un grand tremblement, pas de terre cette fois, mais , un grand tremblement humain a détruit cet héritage, et Al Hoceima soufre actuellement vraiment d’une crise d’ identité au niveau  artistique…



 

R.S. « NKOUR » : avez-vous fait des expos national ou international ? 

    Mr. Le professeur :

                  

 

       Ma première exposition était en 1987 à Al-Hoceima et depuis je n’ai cessé

 

d’organiser des expositions dans différentes villes du Maroc, Fès, Rabat, Casablanca, Tanger, et aussi plusieurs exposit-ions,rencontres à l’étran-ger , en France, en Espagne, en Allemagne …

6.jpg


 


R.S. « NKOUR » : vous travaillez pour des sociétés artistiques ou pour vous- même ?

    Mr. Le professeur :

 

   Habituellement dans les œuvres que je réalise, je suis souvent indépendant, je travaille  sur des idées qui m’inspirent et que je vois intéressantes, mais ça n’empêche que je réalise des œuvres sur demande, mais ce dernier type de travail  est absent ici à Al Hoceima ou plutôt, il est très occasionnel à cause de l’absence de grandes sociétés au niveau économique et aussi  à l’absence d’une culture artistique développée chez les responsables des établissements publics.


è.jpg


R.S. « NKOUR » : Avez-vous des projets pour l’avenir ?

     Mr. Le professeur :

    Les projets artisti-ques pour l’avenir sont nombreux et je ne sais pas si je vivrais assez pour les réaliser…, J’essaierai de commen-cer par le projet dont je possède les moyens pour le réaliser et en même

 

temps je cherche sur internet des organisations artistiques internationales  qui puissent   m’aider à  réaliser  ceux qui demandent plus de moyens, surtout dans les résidences pour artistes



R.S. « NKOUR » : avez-vous d’autres loisirs que vous pratiquez en plus  de l’art ?

Mr. Le professeur :

  Quand j’ai le temps libre, j’aime bien m’éloigner de la ville et faire de  la marche dans la nature vierge, observer les détails de la flore, des oiseaux… ce n’est pas seulement un loisir mais c’est un ’’ update’’  pour moi …



   R.S. « NKOUR » : et comme une dernière question Mr. Hamid quelle est votre sensation quand vous pratiquez l’art ?

M Mr. Le professeur :

4.jpg      Quand on aime ce qu’on fait, on sent           toujours le plaisir et la joie de faire ce qu’on fait, et quand on fait quelque chose avec  amour on le fait bien. J

   Propos recueillis par : - walid Afassi

                                  - Mounia Afri- Youssra  Ibrahimi

                                                                                                                                                          

1.jpg

 Tableaux  peints par :    Oulad  Hadou

Zone de Texte:       Dans les lignes suivantes on va parler de l’invention qui a changé tout, l’invention qui a transformé les sept milliards des êtres humains à un groupe de personnes qui vit dans un petit village. L’invention d’ici et d’ailleurs.  Il s’agit de l’internet qui est bien entendu une arme à double tranchant, en ce sens qu’il a des bienfaits et des méfaits. Dans cet article nous allons définir brièvement l’un de ses inconvénients, à savoir l’addiction, ensuite nous tâcherons d’analyser les données d’une enquête réalisée auprès des élèves  de notre lycée My Ali Chrif. Enfin, on finira par l’interview qu’on a faite avec le docteur spécialiste en psychiatrie monsieur Saïd Talhaoui.

Zone de Texte: Les types de la  cyberdépendance
-La cyberdépendance à caractère sexuelle (dépendance au clavarda-ge(chat) entre adulte et à la pornographie) 
-la cyberdépendance à caractère relationnelle (sites de rencontres amicales individuelles ou de groupes qui remplacent les amis rencontrés en personne) 
-la compulsion Internet (gambling compulsif sur Internet, ou comportement obsessif de ventes) 
-la surcharge d’informations (recherche de données et navigation obsessive) 
-la dépendance à l’ordinateur (jeux obsessifs ou dépendance à la programmation) 

Zone de Texte: Qu’est-ce que la cyberdépendance? 
La cyberdépendance, comme toute autre forme de dépendance, se manifeste par le besoin incontrôlable et insatiable d’utiliser l’Internet. Observez par exemple des personnes qui dès leur réveil courent à l’ordinateur pour voir s’ils ont reçu des messages ou pour en envoyer des nouveaux. D’autres se précipitent pour vérifier les sites qu’ils fréquentent et voir s’il y a d’autres conquêtes possibles. Tout comme pour les joueurs compulsifs où l’emprise du jeu qui, en plus d’occuper une partie sans cesse croissante de son temps, en accapare aussi l’esprit, devient de plus en plus axé sur le jeu et en finit par oublier tout le reste. La cyberdépendance obéit à la même logique. L’obsession pour l’Internet finit par clouer l’internaute au clavier pendant des heures et l’éloigne sournoisement de la réalité. 

Zone de Texte: Quels sont les comportements du cyberdépendant? 
Le cyberdépendant a tendance à s’isoler du monde réel, afin de pouvoir rejoindre son monde virtuel. Ce monde nouveau possède des avantages sur le monde réel car il permet au cyberdépendant d’assouvir ses envies sans les contraintes du monde extérieur. 
Par conséquent, il a le sentiment de contrôler son environnement au gré de ses désirs. Il va donc avoir recours de plus en plus à ce moyen qui lui permet de se soustraire aux contingences de la vie. La personne cyberdépendante se réfugie dans le déni et devient même agressif lorsque son entourage tente de la confronter à la réalité. 
Le cyberdépendant va développer des obsessions vis-à-vis de l’Internet en ne pensant plus qu’à sa prochaine connexion, ce qu’il va trouver ou encore penser à ce qu’il a déjà trouvé. Cette connexion va entraîner une baisse de son anxiété. Généralement le cyberdépendant va en vouloir encore plus. Il lui faut des sensations de plus en plus fortes, ce qui entraîne un besoin d’établir de plus en plus de connexions et sur des périodes de plus en plus longues. Il y a, par conséquent, une augmentation du seuil de tolérance. 

Enquête : l’addiction à l’internet

Zone de Texte:      Un  questionnaire  a  été  soumis  à  un échantillon de  150 élèves  du  lycée  Moulay Ali Charif.  Il porte sur la durée  de l’utilisation du Web,  les  sites  préférés,  la capacité ou non de  s’en  passer  ainsi que  l’impact  sur les  études  et  les  rapports  familiaux et  sociaux.  Après  l’analyse  des  données  il en  dé coule les  résultats  suivants   :

 

 

 

 

Parenthèses: La plupart (88.7%) des élèves de MAC utilisent entre 1H et 2H chaque jour. Cependant  environ  (soit 18.8) reste  connecté  plus  de  4h par  jour.

 

 

 

Parenthèses: Quant  aux  sites  préférés  (45.2%) sont pour  se documenter  (42.2%)  pour le fait de passer du temps et (8.2%) pour l’évasion de la réalité. De toute  façon, cela  nous  donne  un  grand  espoir  et  nous  laisse  optimiste, vu  que le grand  pourcentage est  pour  le documentation .

                    

                    

 

 

 

 

 

Parenthèses: Les sites les plus visités par nos camarades sont les sites de réseaux sociaux comme Facebook. Twiter… (75%) puis les sites des jeux vidéo avec (19.375%), finalement les sites de la pornographie avec (5.625%)

 

 

 

 

 

Parenthèses: Des remarques concernant les résultats de ladite enquête.
-	50% d’utilisateurs d’internet reconnaissent que l’ordinateur influe négativement sur leurs études.
-	25.16% avouent que le web les empêche de pratiquer du sport.
-	56.12% croient qu’il est difficile voire intolérable de rester beaucoup de temps sans connexion.
-	42% ont des problèmes familiaux et sociaux à cause de la cyberdépendance.
-	34.2% des élèves croient qu’ils sont adductifs à l’internet.
-	86% n’ont pas des solutions efficaces pour sortir de la cyberdépendance.


 

 

    Cet entretien avec  le Docteur Talhaoui Said (spécialiste en psychiatrie, et exerçant à l’hôpital Mohamed V) vise à enrichir notre enquête et à lui donner plus de valeur et de poids. Mais, il est aussi  pour nous une occasion susceptible de nous permettre de profiter des conseils et de l’expérience d’un spécialiste aussi connu et compétent que M .Saïd Talhaoui.

 


 Revue « » Nkour »  » :

Est-ce que vous estimez  que l’addiction à l’internet est devenue  un vrai problème ?

   Le docteur Talhaoui :

 A vrai dire la cyberdépendance  est devenue un casse tête et un vrai problème  qui intriguent tout le monde : les parents, les éducateurs, les psychiatres, les psychologues, etc. La toile qui est facilement accessible et bon marché, s’est transformée à une sorte de drogue sans substance psychoactive. Il en témoigne quelques données chiffrées qui sont très rares. Ainsi, le pays de  l’USA vient en première position avec un taux de 25% des adolescents addictifs, ensuite la Chine 17% et la France entre6% et 8%.Il faut signaler également que les études les plus importantes  dans ce domaine sont chinoises.

 

Revue « » Nkour »  » :

Quelles sont les causes de l’addiction à l’internet ?

Le docteur Talhaoui :

   D’après mon expérience, j’ai constaté que la majorité des cyberdépendants sont des enfants qui ont moins de 18 ans. J’ai remarqué également que les enfants qui souffrent des problèmes familiaux tels le divorce des parents, la violence, la négligence, le manque de communication et partant la carence de l’affection parentale ont souvent tendance à tomber dans ce genre d’addiction et peut-être dans d’autres comme la toxicomanie.

 

Revue « » Nkour »  » :

 

Pensez-vous que l’adolescence favorise cette dépendance au web ?

Le docteur Talhaoui :

   Bien sûr, vous savez que l’adolescence est une étape très délicate et très difficile tant au niveau physique que psychologique surtout concernant la formation de la personnalité et la quête de sa propre identité, ce qui demande de l’adolescent une certaine volonté et beaucoup de force morale pour faire face à cette nouvelle situation. Par conséquent, l’usage de la toile joue dans ce cas un rôle compensatoire en ce sens que l’adolescent essaie de remplacer la vie réelle jugée difficile, voire insupportable par la vie virtuelle. Bref, il s’agit d’une sorte d’échappatoire.

Revue « » Nkour »  » :

         Quelles sont les solutions que vous suggérez pour éviter la cyberdépendance ?

Le docteur Talhaoui :

Je cois qu’il vaut mieux prendre des précautions pour ne pas être piégé. Comme dit le proverbe : « mieux vaut prévenir que guérir ».Alors là les parents doivent assumer pleinement leur  

  responsabilité pour éduquer, sensibiliser et contrôler leurs progénitures.

 

 

 

      De toute façon, on peut proposer quelques conseils ; ainsi les addictifs à l’internet doivent :

-Communiquer et parler de ce problème à ses parents, à ses amis et à ses enseignants.

 

-Consulter, le cas échéant un psychiatre ou un psychothérapeute.

-Tenter de revenir ou de retrouver ses activités et ses hobbies réels en vue de renouer avec sa famille, ses copains et sa vie réelle et normale.

-Etablir un projet dans sa vie et avoir des ambitions ainsi que des rêves.

 

-Essayer de diminuer et de rationnaliser l’usage de l’internet de façon à ne pas dépasse Selon les spécialistes 10 heures par semaine.

 

Zone de Texte: L’équipe de travail : 
La questionnaire : Youssra Ibrahimmi ,Walid Afassi, Mounia Afrihi.
L interview           : El Massoudi Manar, walid Afassi, Ibtihal Masrour.
Le rapport          : Dina Al Amrani, Meriam Boudouh, Akrouh Mohamed.

 

 

 

Revue « » Nkour »  » :

Quelle est votre dernière recommandation ?

Le docteur Talhaoui :

    Il ne faut surtout pas dramatiser la situation. On doit seulement éduquer et informer nos enfants par les moyens médiatiques, mais aussi par les programmes scolaires. Je conseille les jeunes de renouer avec la vie réelle, de privilégier le contact direct au lieu de la communication indirecte (c’est-à-dire via les machines), sans oublier bien sûr la lecture et la pratique du sport. Enfin, je vous remercie infiniment et je vous souhaite bon courage et bonne continuation.


 


Société :

La délinquance juvénile

 

https://encrypted-tbn3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQGE5fo6pDS3wJoHuWImEBKW2QR8L9c-pYK06rZCcS1HpAPULUipw

L

a délinquance juvénile est un phénomène social en constante expansion dans une société où l'autorité des familles est en déclin. Nous allons tenter de définir ce qu'est la délinquance juvénile, ses différentes formes, les facteurs relatifs à son développement et ses conséquences.


 

 

Définition

 

La délinquance est l'ensemble d’infractions commises par des mineurs qu’il s’agisse d’un crime, d’un délit ou d’une contravention.

 

Formes de la délinquance

 

Les délinquants commettent des méfaits: vols (à la tire, par effraction), attaques à main armée, et même, au pire, crime ou meurtre, destructions, incendies volontaires, vols de voitures…).

 

Causes de la délinquance

 

On peut distinguer toutes sortes de causes que nous rangerons en trois catégories: sociales, familiales, psychologiques.

 

1-Sociales:

 

-les guerres, donc la violence

-Le logement: le surpeuplement dans les  villes: bidonvilles, quartiers pauvres,

 

 

 

 

 

d’où une promiscuité fâcheuse, source de tension nerveuse, de conflits familiaux ou de voisinage.

-Le matérialisme de l’époque actuelle : le besoin et le désir croissant d’avoir de l’argent, de posséder.

-Les loisirs: beaucoup plus nombreux qu’autrefois, qu’on ne sait pas occuper; on se livre au « farniente »,à l’imitation des vedettes des faits divers au lieu de se cultiver et de pratiquer le sport.

 

2-Familiales :

 

-Carence intellectuelle et souvent morale des familles, d’où faiblesse ou libéralisme excessif.

-Désunion, mésentente ou remariage, d’où parfois mauvais traitements ou simplement indifférence.                     

-Libéralités ou avarice des parents pour l’argent de poche.

-Alcoolisme, drogue.

Les jeunes deviennent alors des «révoltés».

 

3-Psychologiques:

 

-Solitude, «vide social» dans les grands ensembles.

-Désœuvrement, chômage.

-Cinéma, presse, télévision, mille exemples de «durs», de «truands» qui passent pour des héros. Scènes de violence.

 

Conséquences de ce phénomène

 

La multiplication du nombre des délinquants crée un climat d’insécurité dans le pays. Ils deviennent  des «voyous», fichés par la police pour toute la vie. Ils font de la prison ou sont enfermés dans des maisons de redressement ou de rééducation.

Plus encore, ces délinquants contribuent à la propagation de nombreux fléaux sociaux comme le trafic de stupéfiants, la prostitution, le commerce des boissons alcooliques...

 

Répression et prévention

 

La répression et la condamnation sont utiles et même nécessaires à certains délinquants. Mais peut-on en faire les seuls remèdes?

« Il vaut mieux prévenir que guérir».

La prévention, c’est essayer au maximum d’éviter les causes de la délinquance.

Sur un point, pédagogues et criminologues sont d’accord : pour des actes bénins ou de gravité moyenne, le durcissement des sanctions et l’enfermement ont un effet dissuasif nul. La prévention et le dépistage précoce de telles tendances criminelles sont les mesures les plus importantes pour endiguer la délinquance juvénile.

 

                                 BASMA  BELHAJ


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Parchemin horizontal:

Double vague: Les immigrants cherchent un meilleur niveau de vie dans les pays riches

Le Maroc est considéré comme un bassin migratoire important, qui accueille des flux migratoires relativement importants en provenance de certains pays africains, devenu ainsi un foyer d'émigration principalement à destination des pays de l'Union Européenne, depuis les années 60.

Les immigrants cherchent un meilleur niveau de vie dans les pays riches


   


L'immigration clandestine se fait illégalement : les clandestins prennent fréquemment des risques importants pouvant mettre leur propre vie en péril afin de rejoindre des pays présentant des conditions de vie qu'ils espèrent meilleures. Dernièrement, ce phénomène s’est répercuté d’une façon inquiétante, non seulement dans le Maroc mais aussi dans tous les pays en voie de développement à cause de plusieurs facteurs : http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQDAE7SkDjvEXwG_o-rFaP-BzDDUslLY8t7O13qiEjzBHaf51OV

- Politiques : prenant pour exemple les réfugiés politiques fuyant la persécution.

- Sécuritaires : notamment en cas de guerre dans le pays d'origine.

- Economiques : habitants de pays pauvres cherchant un meilleur niveau de vie dans les pays riches ; mondialisation...

- Personnelles : volonté de s'installer dans un pays par goût

- Familiales : rejoindre le conjoint, l'enfant déjà installé...

- Psychologiques : l'image de la réussite sociale qu'affiche l'immigré de retour au pays pendant les vacances.

- Médiatiques : l'image des pays développés diffusée par les chaînes http://www.lepoint.fr/content/system/media/1/200905/45566_immigration-lampedusa-image.jpg

 

de Tv démontrant l'opulence dont vit quelques pays du Nord.

- Naturelles : changement climatique de certains endroits poussant les habitants à changer de lieu d'habitation.

  Ces diverses causes poussent les clandestins à utiliser les barques de la mort afin d’essayer de réaliser le rêve d’avoir une vie meilleure.


Double vague: En 20 ans, 16.000 personnes ont perdu la vie en tentant d’entrer dans l’Union européenne

En 20 ans, 16.000 personnes ont perdu la vie en tentant d’entrer dans l’Union européenne


L’immigration entraîne de nombreuses conséquences dangereuses. Premièrement, les différents moyens de transport utilisés pour effectuer la traversée (les fameuses barques de la mort), causent les morts des milliers d’immigrants clandestins dont on ne trouve que des cadavres gisants sur les côtes.

      Deuxièmement, c’est une entrave au développement des pays pauvres qui souffrent d’une hémorragie des compétences. Les pays développés; ceux qui détiennent les économies et les finances de cette terre et qui absorbent toutes les ressources et toutes les énergies de ces pays démunis, sont à l’origine de ces problèmes sociaux, car ils les ont longtemps colonisés, ce qui fait d’eux des pays aliénés et les condamne à rester pauvres, et à la merci de ces quelques pays riches dans monde, qui ne dépassent pas le chiffre sept.
http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQLE9y5ZtsecCyfiWwAZBbSo5hCNebFsVKT4qF1O_YBSefwy77N
   Par conséquent, les citoyens de ces pays tiers-mondistes, s’appauvriss-ent davantage car aucune chance ne leur est offerte pour améliorer leur sort sauf l’immigration clandestine vers ces pays du nord qui, aux yeux des pauvres regorgent d’opportunités de travail, d’avenir, de vie agréable.......etc. 
      Ainsi, les jeunes qui immigrent de manière illégale, se trouvent jetés dans les rues comme de torchons, dorment dans le gare des métros, cherchent à manger dans les poubelles, et donc tombent malades pour devenir des cas sociaux graves dans ces pays.



 "L’immigration ne semble pas être l’apanage des pauvres, mais un phénomène sociétal au Maroc" peut-on ainsi lire dans l’enquête, réalisée par l’agence européenne ETF en collaboration avec l’Association marocaine d’études et de recherches sur l’immigration (AMERM), et les autorités marocaines.

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQhtSm9z5WyzMJNx-TW-srPSfKPMrFDwIAzAZObJfDPASEiQ6GA

     L’étude nous apprend et nous affirme que l’immigration ne concerne pas seulement les catégories sociales pauvres ou les sans-emplois.

     D’après les auteurs de l’étude, 48% des personnes rêvant d’immigration sont des hommes, contre seulement 35% de femmes. Malgré cela, le rapport parle d’une féminisation rapide de l’immigration, due principalement au regroupement familial.

     L’enquête qui a concerné un échantillon de 4000 personnes issues de huit zones géographiques, démontre également que 33% des sondés n’aspirent que moyennement à émigrer, alors que 9% veulent à tout prix quitter le Maroc.

Quelques chiffres parus dans cette étude :

·   64% des jeunes marocains veulent quitter le pays 

·   80% ont un niveau d’étude modeste 

·   52% des habitants d’Agadir souhaitent quitter le Maroc 

·   32% souhaitent partir en France 

·   21% voudraient partir en Espagne

    Aujourd’hui l’immigration se trouve au centre des défis que le Maroc doit surmonter. Un Marocain sur dix vit actuellement à l'étranger. Alors, le Maroc est appelé à assurer les conditions socio-économiques convenables  pour faire face à l’immigration clandestine.

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQLYZmg08xKqoDFks0A9stbiCLtAKfr5RnsVTsoHQBrLcowuaTK

 

 

Vague: Conclusion :Conclusion :


http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTqO8UH_U87Ogbu_TJJe8m7bbe1JOI2U5V2oowh8-W14sO8u4KW


En guise de conclusion, l’immigration clandestine est un fléau qui peut générer le désastre dans les pays, détruire la vie de plusieurs familles et causer un déchirement, une séparation et un gouffre infranchissable au sein de la même société. C’est pour cela qu’il faut       -main dans la main- lutter contre ce phénomène et sauver notre avenir et celui des générations futures.


Parchemin horizontal: Meriem Bouhya
 (Sc.Math. 2)

 

 



Science :

    Savez-vous que

  - la baleine blanche est le seul animal qui n a pas des ennemis dans la mer

   -L'eau de la mer est le plus proche dans sa construction chimique au sang de l Homme  

- L’homme a plus de trois mille mots dans son vocabulaire et il peut dire 120 mots pendant une minute

- le pétrole est un mot latin son sens est l huile de caillou.

- les papillons goutent avec leurs pieds.

- l’étoile de mer n’a pas du cerveau

- les ours polaires sont gauchers

- une girafe peut nettoyer ses oreilles  avec la langue.

- Il est impossible d’éternuer les yeux ouverts

- la muscle la plus puissante de notre corps c’est la langue

- les américains mangent à la moyenne 9 hectares de la pizza tous les jours 

- les éléphants  sont les seuls animaux qui ne peuvent pas sauter

- les pieuvres ont trois cœurs

- vous ne pouvez pas vous tuez en retenant votre souffle

- Manger une pomme est plus efficace qu’une tasse du café pour rester réveillé.

- un cafard vivra  9 jours sans sa tête avant de mourir de la faim.                                            

                                                           PAR : Walid Afassi & Mohamed Akrouh

 

 

Pourquoi le ciel est-il bleu ?

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRPWHr8AmrznLVyNGc0TNkKxs9YVwJ3LJFDyNf527Iw7Q1MaQmlBA

L

e ciel est bleu. Vous le constatez presque tous les jours. Mais vous êtes-vous déjà demandé quelle en est la raison.


 

 

http://www.pixheaven.net/html/geoman/apprendre/icones/diffusion.jpgSans atmosphère, le ciel serait noir.

C'est le cas sur la Lune où les étoiles, la Terre ou le Soleil se détachent parfaitement sur un ciel noir d'encre.

Par contre, l'atmosphère terrestre existe bel et bien. L'air qui la compose est constitué d'un nombre incroyable de molécules (des petits groupes d'atomes), de poussières et d'infimes gouttelettes d'eau.

La lumière qui nous vient du Soleil est blanche, c'est-à-dire qu'elle est constituée de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel. Selon sa couleur - on dit sa longueur d'onde - elle interagit plus ou moins avec l'atmosphère. Ce sont justement les plus courtes longueurs d'onde (la lumière bleue et verte) qui sont les plus diffusées par les petites molécules de l'atmosphère. C'est la diffusion de Rayleigh, nommée ainsi en l'honneur de Robert John Rayleigh (fils du célèbre physicien anglais John William Strutt Rayleigh).

Considérons un rayon de lumière bleue en provenance du Soleil. En entrant dans l'atmosphère, il a de fortes chances de heurter une molécule. Si c'est le cas, le rayon sera diffusé, c'est-à-dire éparpillé dans l'atmosphère. De ce fait, en regardant le ciel, vous verrez beaucoup de rayons bleus (les plus soumis à la diffusion de Rayleigh) diffusés par les molécules de l'air, alors que peu de rayons rouges (les moins soumis à la diffusion de Rayleigh) auront été diffusés.

 

 

Selon la qualité de l'air, le ciel est plus ou moins bleu
Les poussières et les gouttelettes d'eau ne diffusent pas la lumière, elles la réfléchissent. Elles ajoutent donc un peu de lumière jaune (la couleur du Soleil) au ciel bleu. Celui-ci perd ainsi un peu de sa teinte bleue et blanchit. En montagne, les journées ensoleillées jouissent généralement d'un ciel bleu profond, car l'air y est très pur, c'est-à-dire dépourvu de poussières et d'humidité.

 

 

 

Le Soleil est jaune
C'est aussi la raison pour laquelle le Soleil est jaune. Vu depuis l'espace, il est blanc, mais sur Terre, une partie de sa lumière bleue a été diffusée. Le Soleil accuse donc un excès de longueurs d'onde rouges, d'où un jaunissement du disque solaire.

 

 

 

Pourquoi les couchers de Soleil (ou les levers) sont-ils rouges ?
 

 

http://www.pixheaven.net/html/geoman/apprendre/icones/coucher.jpg

 

Nous venons de voir que la lumière bleue est très diffusée dans l'atmosphère, au contraire de la lumière rouge. Lorsque le Soleil est à l'horizon, sa lumière traverse une épaisse couche d'air qui diffuse au maximum. Quand sa lumière nous parvient, elle est en grande partie dépouillée de ses longueurs d'onde bleues. Par contre, le rouge y prédomine et colore le disque solaire en oranger. Ainsi, l'atmosphère se teinte aussi de rouge.

 

 

                                                                                                           BASMA  BELHAJ

 

 


 

   SCIENCE :        Les énergies renouvelables

Rangée d'éoliennes dans l'Alberta, au Canada (©2013)     Lénergie renouvelable est une source d’énergie qui se renouvelle assez rapidement pour être considérée comme Inépuisable à l’échelle de l’homme. Alors quels sont les différents  types de ces genres d’énergies.

   Energie éolienne :

             L’énergie éolienne est l’énergie cinétique des masses d’air en mouvement autour du globe.

L’énergie électrique ou mécanique produite par une éolienne dépend de trois paramètres : la forme, la longueur des pales, la vitesse du vent et enfin la température qui influe sur la densité de l’air.

Energie géothermique :         

             La géothermie consiste à capter la chaleur contenue dans la croute terrestre afin de chauffer  l’eau ou produire l’électricité Chaque fois qu’on décent sous terre on gagne 2C°ou3C°

File:NesjavellirPowerPlant edit2.jpg              

           

 

 

 

http://www.protegeonslaterre.com/photogallery/energie-hydraulique/noria.jpgEnergie hydraulique

       L'énergie hydraulique est l'énergie fournie par le mouvement de l'eau, sous toutes ses formes : chute, cours d'eau, courant marin, marée, vagues. Ce mouvement peut être utilisé directement, par exemple avec un moulin à eau, ou plus couramment être converti, par exemple en énergie électrique